AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le site a été mis à jour, les sujets ont étés réorganisés et les membres inactifs supprimer

Partagez | .
 

 histoire crée de toute piece

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: histoire crée de toute piece   Lun 15 Juil - 9:48

Histoire crée par mes soins qui risque d’être très long et que je n'est pas encore terminer donc je vais vous mettre le début et la suite suivra a la longue.

Un nouveau jour commence loin du normal de tous les jours.
Ce jour sera marqué dans l'histoire comme changement radical.
Ce changement est: LA MAGIE !!!!!!!
Un monde où la magie existe depuis toujours, où cette magie fait partie des plus puissantes de toutes: La magie de la dimension vivante.
La magie de ce monde, de cette dimension est la seule qui peut être utilisée librement.
Le monde avait choisie que la magie n'était pas réel, que c'était nous qui l'avions inventée, mais ils s'avait tord.

Tout commença le jour où le docteur Flinsck, pendant une émission de télé documentaire sur les particules d'énergie, dit que la magie existait, que c'était la concentration de particules d'énergie créait la magie. Il dit aussi que c'était pas le seul monde où la magie existait, y en avait plusieurs disait-il. Dont, 2 autres où la magie était aussi puissante que dans notre monde mais, que l'utilisation et sa conception était différente.
L'émission fut coupée et on a pas pu voir et écouter la suite de ses explications.

Nous somme en 2142, en juin et c'est les vacances. Je suis un lycéen de 17 ans ayant sauté 1 classe et passé son bac cette année, attendant les résultats comme beaucoup d'autre.
Qui aurait cru que suite au documentaire, la magie aurait pris une place dans le monde.
Mais personne le savait on l'aura appris bien plus tard.

Enfin bref, on n'est que le 27 juin et je sors me promener avec des potes. On rencontre plusieurs jolie fille, puis nous nous somme quittés. Je ne pensais point que j'allais trouver une sacrée surprise à la maison. Je rentrai et vis ma petite sœur dans le salon les bras tendus et les mains ouvertes vers le haut. Son regard était fixe et semblait regarder quelque chose, alors je m'approchais pour voir ce qu'elle regardais et la: je restais bouche bée.
Il y avait là une ...... une ....... euh, je ne sais pas trop ce que c'était, mais sa ressemblait à une boule blanche, mais on aurait dit que cette boule était immatérielle.
Peut de temps après, mes parents arrivèrent et virent la même chose que moi et restèrent bouche bée. Nous restons là pendant bien plusieurs minutes avant que l'un de nous se décide de poser la question:
-Mais, qu'est-ce que c'est que ça ?
-Emelie, qu'est-ce que ça veut dire ?

Emelie tourna la tête vers nous avec un sourire et dit: C'est beau, hein ?

suite prochainement !!!  Heureux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ophelie-chan
Passionné(e) des Mangas
avatar
Messages : 109
Localisation : Lyon 69210
Manga Favori : shojos fairy tail naruto ^^
Points de Concours : 0/10

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mar 23 Juil - 16:59

J'aime bien mais a un endroit tu a fais une faute, ou c est que j ai mal vu car c est difficile a voir avec le fond d écran et les bugs en fait tu t'est mis dans ton histoire et c 'est le monde que tu voudrais avoir réellement moi je voudrait etre soit ds naruto ou fairy tail tu vois lol mais c est impossible c est pas la réalité malheureusement lol ds mes délires =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ophelie-chan
Passionné(e) des Mangas
avatar
Messages : 109
Localisation : Lyon 69210
Manga Favori : shojos fairy tail naruto ^^
Points de Concours : 0/10

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mar 23 Juil - 17:00

je veux voir la suite ^-^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mar 23 Juil - 22:16

ok je mettrai la suite

nn c pas tout afait mon histoire une part de mon histoire, y est une part histoire qui existe dans ma tete qui ma permis de tenir jusqua maintenant et le reste qui est l'histoire inventer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mer 24 Juil - 12:29

voila la suite: chapitre 2

Les parents en cœur : comment tu fais ça ?
-Je ne sais pas trop, mais je me sens bizarre, je me sens bien.
Après cette petite discussion, la boule disparut et tous était presque redevenus normal. La plus grosse différence était l’avalanche de questions que mes parents et moi posaient sur cette boule, mais n’a pu répondre qu’a une seule question : comment es-que tu as fait ça ? Dit-nous les gestes que tu as faits.
-Je mettais sentis bizarre puis, j’ai tendus les bras, et sa a apparu.
Nous avons mangé le repas du soir en silence, puis nous sommes tous aller nous coucher.
Deux semaines passèrent avant que je me décide d’aller en parler à quelqu’un en dehors de la famille. Je me suis donc rendu voir une amie, Pauline qui venait de rentrer de vacance, mais malheureusement devait repartir en vacance mais chez ses grands-parents cette fois. Cette fille avait un sourire à vous faire tomber par terre, des cheveux d’un mélange de blonde et brune, toujours habiller très chic, on avait toujours l’impression qu’elle avait trop chaud même en automne. Mais c’était ma meilleur amie et j’avais une confiance presque aveugle en elle. Je décide donc de lui rendre une petite visite l’après-midi vers 16h. Je lui racontais tous mes problèmes depuis longtemps et elle faisait de même. J’arrive vers sa porte (et oui on est en campagne donc, pas tous ces bouchons infernales et immeubles de trente étages). Je frappe donc, et la porte d’ouvrit, mais ce n’était pas Pauline, c’était …….
Et bah, avait dire, je ne le sais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ophelie-chan
Passionné(e) des Mangas
avatar
Messages : 109
Localisation : Lyon 69210
Manga Favori : shojos fairy tail naruto ^^
Points de Concours : 0/10

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Sam 27 Juil - 16:48

la suite xD mechant polm69 c'est pour nous faire lire la suite =( =P:Naruto victory 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Dim 28 Juil - 12:28

pas tous compris ou tu voulais en venir enfin bref chapitre 3 la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Dim 1 Sep - 16:40

comme g 4 semaines de retard et que la semaine prochaine je risque de ne pas pouvoir y mettre je vais vous mettre 5 chapitre et la suite suivra la prochaine fois:

Chapitre 3
Je vois la mère de Pauline et l’interpelle :
- Bonjour Madame Chanoinesse.
- Bonjour tu es venu voir Pauline ?
- Oui.
- Attends, je vais la chercher, rentre donc, je t’en prie.
Je rentre, avec toujours cette jeune fille de 20, 25 ans, qui me regarde bizarrement. J’entends Pauline descendre à toute vitesse les escaliers et me fais un grand :
- BONJOUR !!!!!!
- Salut !
- Comment vas-tu ? Tu ne t’es pas trop ennuyé en mon absence ?
- Je vais bien et toi ?
- Super, je pète le feu !
- Comment se sont passées tes vacances ? Je lui réponds même si je suis impatient de lui parler de ma petite sœur.
- Bien, bien, c’était super ! Viens, allons dans ma chambre.
Nous montons les escaliers et entrons dans sa chambre.
- C’est un peu en bordel, désolé.
- Ça ne fait rien ma chambre n’est pas mieux rangée.
- Dis-moi tout comment se sont passées ces deux semaines sans moi ?
Je lui racontais le documentaire, puis le coup de surprise de ma petite sœur.
- Et bien, c’est du joli, du joli tout ça !
Avec son sourire, depuis le temps, je savais ce que ça voulait dire.
- Ca me fait penser à un truc que j’ai vu à la télé, aux infos du soir, il y a 2 jours.
Une femme de 43 ans est tombée du haut de son balcon à une vingtaine d’étages.
Les secours l’ont recueillie et l’ont emmenée. Ils ont dit que c’était incroyable, normalement à cette hauteur les os auraient du se briser et là, elle a juste un peu de sang et quelques côtes cassées.
Tu crois que ce sont ces fameuses particules d’énergie qui l’ont sauvée, la même concentration de particules qui s’est formée chez toi ?
- Je ne sais pas, mais ça pouvait y ressembler.
Pendant un moment on a continué à en parler ainsi que de ces vacances, puis soudain :
- Les enfants, il est tard, faudrait penser à vous quitter.
Nous descendons et nous nous disons au revoir. Je rentre chez moi le cœur léger.
Arrivé chez moi, il n’y avait personne, j’étais le premier arrivé. Parce que j’ai eu le bac et que les cours pour moi sont finis. Ils ne rentreront pas avant 18h donc, je peux sortir autant de fois que je veux et comme je veux tant que je rentre avant mes parents. Le soir au repas c’était bien bruyant et je leur ai raconté l’histoire de la femme tombée de son balcon. Personne n’en revenait, puis nous sommes tous allés nous coucher.

Chapitre 4
Le lendemain, en me levant, j’avais très envie de parler à Pauline. Je lui téléphone donc et nous nous donnons rendez-vous après le petit déjeuner, au parc où nous allions jouer étant petits.
En prenant le petit déjeuner, je prends mon temps lorsque soudain j’ai vu l’heure et bien sûr j’étais en retard. Je me suis dépêché, j’ai couru jusqu’au parc. En arrivant, il n’y avait personne. Sans doute, c’était trop tôt sept heures du matin pour certains. Je regardais l’heure et il était sept heures moins cinq. En me dépêchant j’étais arrivé en avance de cinq minutes. Pauline était très ponctuelle, d’ailleurs cinq minutes plus tard, elle était là. Il était rare qu’elle arrive en retard ou en avance.
Nous décidons de manger ensemble à midi et de se quitter courant de l’après-midi. Il était quinze heures quand nous nous sommes quittés pour rentrer chacun chez soi, car elle partait le soir même chez ses grands-parents.
Le lendemain, lundi, Pauline me manquait énormément. En fait, je m’ennuyais quand elle n’était pas là. Je finis donc par passer mon temps sur l’ordinateur, en attendant vendredi soir, le moment de partir en vacances. Mes parents venaient juste de finir leur travail et ils étaient contents bien sûr que cela soit fini. Ma petite sœur aussi était contente, elle en avait marre des professeurs.

Chapitre 5
Nous partons donc le 17 juillet au soir pour nous rendre à Londres pour deux semaines. Mais ce voyage allait s’écourter car le premier mercredi allait chambouler notre vie à tout jamais.
Ce mercredi il pleuvait et nous nous sommes abrités dans le bar le plus proche. Quelle idée de sortir un jour où la météo disait qu’il allait pleuvoir, et en plus sans parapluie. Nous entrons donc dans ce bar qui s’appelait « Le Chaudron Baveur ». Drôle de nom, dis-je à voix basse en ricanant un peu.
Quand nous entrons dans la grande pièce, nous voyons un oiseau blanc plat qui volait tranquillement, librement. On aurait dit du papier plié. Des personnes s’approchèrent de nous et nous demandèrent :
- De quelle maison êtes-vous ?
Nous faisions tous à ce moment-là une tête tellement bizarre, que les gens présents dans la salle se sont mis à ricaner.
- De quelle maison, dites-vous ?
- Oui, c’est ça !
- De notre maison en France…
- Non, je ne parle pas de cette maison, voyons ! Je parle des maisons de Poudlard, l’école des sorciers.
A cette nouvelle, je pense que nous faisions toujours des têtes bizarres car les gens ricanaient encore.
- Poudlard, l’école des sorciers ?
- Oui. Vous ne connaissez pas ?
Nous répondons tous en chœur :
- Non, jamais entendu parler !
- Ah ?
- Mais qu’est-ce que c’est ?
- C’est une école de magie où on apprend la magie ! Regardez ! Voici une baguette magique. Il y en a de toutes sortes. Elles nous permettent de concentrer des particules d’énergie pour former la magie. Chaque personne a une baguette qui lui est propre, et personne d’autre ne peut l’utiliser. C’est une question de synchronisation.
- OK. Ca a l’air trop bien.
- Chacun aime utiliser sa baguette, c’est très pratique. Cependant certains préfèrent utiliser des bâtons, des couteaux, des éventails, ou même rien.
- Rien, c’est possible ?
- Je n’en suis pas sûr, car je n’en ai jamais vu de ma vie. Mais on raconte une légende qui dit qu’une seule personne pourrait utiliser les particules d’énergie comme elle le veut et tout type de particules. Je pense que vous savez qu’il existe plusieurs types de particules d’énergie : type feu, eau, explosif, construction et plein d’autres.
- Et cette personne pourrait tous les utiliser ?
- Oui.
- Mais vous aussi avec votre baguette magique, non ?
- Non. Nos baguettes ne peuvent utiliser qu’un seul type de particules, en dehors de quelques unes qui parviennent à utiliser jusqu’à quatre types de particules. Mais même ces dernières, les plus fortes, ne peuvent concentrer qu’un nombre limité de particules et demandent une très grande concentration.
- Oh, je vois. Donc, la personne de la légende n’utilise pas d’objet et donc peut utiliser une concentration illimitée de particules ?
- Oui. En fait, la plupart d’entre nous peuvent aussi faire cela mais avec le risque de ne pas parvenir à contrôler une si grande concentration d’énergie. Alors que dans la légende, la personne en question peut contrôler n’importe quelle concentration de particules d’énergie. Mais personne ne sait si cela est vrai. Voulez-vous voir quelques tours ?
En chœur :
- Oh oui !
Et c’est donc au « Chaudron Baveur » qu’on a fini nos vacances. C’était super ! Vous pouvez me croire. J’avais hâte de tout raconter à Pauline qui serait qui rentrait chez elle trois jours après notre retour : le 5 août.
Mais avant le 5 août, il y a eu le 3 août qui fut une journée pas normale.

Chapitre 6
Emélie avait cette fois fait voler des feuilles et elles tournoyaient comme une mini tornade.
Aujourd’hui, 5 août, grand jour ! Pourquoi ? Parce que non seulement c’était la date où Pauline rentrait mais aussi c’était son jour d’anniversaire. J’allais le lui fêter comme elle le méritait. Pour ça, j’avais eu besoin du 4 août, réfléchissant, à la fameuse journée du 3 août.
Je revoyais Emélie avec ses feuilles qui tournoyaient et je me dis : « Si j’utilisais la magie d’Emélie pour demain, avec son accord évidemment. » C’est comme ça que commencèrent les préparatifs de l’anniversaire de Pauline ! Nous avons prévu, avec ma famille, des rubans, des ballons, des gâteaux, et bien sûr des cadeaux.
Mes parents s’occupaient des rubans et gâteaux, Emélie des ballons, et moi des cadeaux. Une fois que tout a été prêt, on a téléphoné aux parents de Pauline qui devaient la surveiller afin qu’elle ne débarque pas chez nous à l’improviste. Nous avions prévu cette fête environ deux mois auparavant.
C’était les dix-huit ans de Pauline (et oui, plus vieille que moi mais pas de beaucoup ; je suis né le 24 décembre.) Les parents de Pauline devaient dire à leur fille qu’ils étaient invités à manger chez nous le soir, afin qu’elle ne se doute de rien.
A leur arrivée, la maison était plongée dans le noir à l’exception de quelques bougies dans l’entrée. Je vis de loin son fameux sourire, alors je n’attendais pas qu’elle dise : « Je sais que c’est pour mon anniversaire, arrêtez de vous cacher ! » J’allumais les lumières en criant en chœur avec ma sœur, mes parents et les siens : JOYEUX ANNIVERSAIRE !
Et des larmes et des grands mercis sortis de la bouche de Pauline… Nous entrons tous dans le salon où Emélie faisait tournoyer des ballons autour d’elle, puis les envoyait vers Pauline. Une envolée de ballons tournoyant s’élevèrent au-dessus de Pauline avant de descendre d’un seul coup sur elle. Elle pleurait de joie. Plusieurs rires et applaudissements se faisaient entendre dans la salle.
Puis nous sommes passés à table. Au dessert, les gâteaux d’anniversaire avaient chacun dix-huit bougies et nous chantions :
« Joyeux anniversaire Pauline Joyeux anniversaire Joyeux anniversaire Pauline Joyeux anniversaire !!!!!! »
Et ensuite les cadeaux : Ses parents lui offrirent une paire de rollers dont elle rêvait depuis longtemps, mes parents lui offrirent un parfum rare qu’elle aimait, Emélie lui offrit le spectacle de ballon, et moi je lui offris deux places de concert de métal symphonique d’un groupe qu’elle aimait beaucoup « Avantasia ». Elle fut très émue.
Nous avons tous fini la soirée de bonne humeur.

Chapitre 7
Nous passions le mercredi et le jeudi loin l’un de l’autre et vendredi soir, Pauline m’invite au concert. Nous avons passé une excellente soirée. Nous avons même assisté à un feu d’artifice qui avait lieu tout près. Nous sommes montés au sommet d’une petite colline pour mieux voir ce feu d’artifice qui ne semblait pas vouloir s’arrêter.
Nous étions serrés l’un contre l’autre, main dans la main, et nous regardions ce magnifique spectacle. Nous nous sentions bien tous les deux. A la fin de ce beau feu d’artifice, nous nous sommes embrassés, accomplissant notre promesse d’enfant que ce baiser d’amour soit la dernière preuve de notre amour et nous lie à jamais, nous interdisant tout autre baiser de la sorte avec quelqu’un d’autre. Nous étions liés désormais et nous resterions ensemble pour toujours.
C’était un peu comme un mariage, c’était notre façon de nous marier et de nous engager à ne plus aimer personne d’autre, et à rester ensemble pour l’éternité.
Ce premier baiser a donc conclu le spectacle du feu d’artifice sous les nuages d’étoiles.
Le week-end nous l’avons passé ensemble, et j’ai même dormi le samedi et le dimanche soir chez elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ophelie-chan
Passionné(e) des Mangas
avatar
Messages : 109
Localisation : Lyon 69210
Manga Favori : shojos fairy tail naruto ^^
Points de Concours : 0/10

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mar 3 Sep - 7:32

c'est trop bien je peux pleurer =') ^^ Victoire 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mar 3 Sep - 11:51

oui, mais par contre je n'est )pas de mouchoir dsl
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ophelie-chan
Passionné(e) des Mangas
avatar
Messages : 109
Localisation : Lyon 69210
Manga Favori : shojos fairy tail naruto ^^
Points de Concours : 0/10

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mer 4 Sep - 9:55

XD je rigole tu sais ^^rire 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mer 4 Sep - 15:44

Je sais, je sais ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexkage
Animateur
avatar
Messages : 74
Localisation : Lyon
Manga Favori : Naruto & Détective Conan & Raikudai kishi
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mar 29 Oct - 21:49

Bravo mais tu peut faire beaucoup mieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Lun 18 Nov - 14:03

slt, g 10 semaines de retard donc voici les 10 prochains chapitres:

Chapitre 8[u]
Le lundi, je rentre chez moi retrouver mes parents et Emélie qui avait encore fait des progrès en magie. Oui, je pense maintenant que la magie existe et qu’elle pourrait apporter un plus à notre monde. Malheureusement, je sais que certains pourraient voir les personnes utilisant la magie comme des monstres. C’est pourquoi ma petite sœur resta discrète en présence d’invités et à l’école.
Je reviens donc aux progrès d’Emélie qui parvenait à présent à créer la même boule blanche qu’auparavant, mais cette fois-ci, sans rester immobile. Elle pouvait même faire autre chose à côté sans que la boule blanche ne disparaisse.
Le mardi, j’ai commencé à préparer mes affaires car nous partions le vendredi en vacances avec la famille de Pauline. C’était le 15 août.
Nous avons passé la nuit dans la voiture de sept places. Pauline et moi prirent les deux places du fond.
Le samedi matin, au réveil, il y avait l’odeur des croissants et des pains au chocolat qui venait titiller nos narines. Quand je me suis réveillé, Pauline dormait encore, mais j’ai accepté ce petit déjeuner en en laissant de côté pour Pauline. Il était déjà 10h30 quand je me suis réveillé, et trente minutes plus tard, pauline ouvrait enfin les yeux et prit son petit déjeuner.
Vers 13h45, nous arrivons au village vacances où nous nous rendions. Là, nous prenons le temps de déjeuner avant de décharger les valises du coffre de la voiture. Nous avions réservé deux chalets pour accueillir nos deux familles. Mais comme nous étions en vacances, nous avons décidé de nous mélanger. Les mères et Emélie dans un chalet, et les pères avec Pauline et moi dans l’autre.
Une fois les valises déchargées et défaites, il était déjà presque 20h. Nous avons décidé d’aller manger au restaurant. Les pères prirent des moules avec des frites, les mères des salades composées, Emélie une salade de tomates et mozzarella, Pauline un steak avec de la ratatouille, et moi un pavé de saumon sauce blanche aux fines herbes avec des haricots verts. Le repas fini, nous sommes rentrés dans nos chalets respectifs.
La nuit fut belle et silencieuse. Dans la chambre où Pauline et moi étions, les murs étaient tapissés d’un bleu profond avec une porte fenêtre qui donnait sur la terrasse. Nous avons couché dans un lit à deux places.


[b]Chapitre 9

Le lendemain le matin était calme, silencieux et magnifique. L’odeur du petit déjeuner se faisait sentir en me levant, et je remarquais qu’il ne manquait que moi à table. Ensuite les filles arrivèrent et proposèrent une balade familiale que nous avons tous acceptée avec joie.
Le midi, repas familial (même si nous ne sommes pas tout à fait de la même famille. L’après-midi, petit concours de tennis en équipe de 14h jusque vers 17h je pense. Pauline et moi, équipe 1, les mères équipe 2, les pères équipe 3, et Emélie comme arbitre. Les premiers furent Pauline et moi (pas grâce à moi, Pauline était championne départementale et régionale en tennis.) Les pères furent deuxième et les mères troisième.
Le soir, nous prenons notre repas ensemble, puis Pauline et moi décidons d’aller nous balader un peu avant d’aller se coucher (on aurait du aller se coucher et ne pas sortir cette nuit-là).
Nous sommes donc allés nous promener, main dans la main, vers la forêt, en passant par la piscine où la lumière des étoiles et celle de la lune se reflétaient si bien. Nous nous sommes embrassés longuement avant de rentrer nous coucher.


Chapitre 10
Le petit matin se levait (et oui, je vous ai bien eu, il ne s’est rien passé d’extraordinaire cette nuit-là. Ce n’était pas tout de suite, je me suis trompé de nuit. Ca arrive à tout le monde de se tromper), donc ce matin le petit déjeuner était délicieux, même un régal.
Le matin, les filles sont allées faire les courses, les pères sont allés à la plage, et moi, je suis resté tout seul à la maison. J’aime bien rester le lundi matin dans mon lit. Je suis comme ça. Mais il n’a pas été aussi calme que je l’espérais.
Vers 10h, un mec de l’accueil est venu voir si tout allait bien et pour nous donner le programme de la semaine. Il proposait des activités : foot, basket, danse, tir à l’arc, surf, bowling, et plein d’autres choses. Ensuite vers 10h30 et jusqu’à 11h30, c’était les représentants des clubs enfants et ados qui venaient présenter leurs activités, et à 12h tout le monde est rentré, me voyant sous ma couverture, la tête sous l’oreiller.
- Qu’est-ce qu’il a ?
- Je vais aller le voir, dit Pauline.
Elle s’approche de moi et dans une vague de soulagement je lui raconte tout. Le repas était bizarrement bien silencieux, avec moi qui voulait du silence, les pères qui n’en pouvaient plus (les vagues devaient être trop fortes pour eux), ma petite sœur qui mangeait et les deux pipelettes (les mères) qui ne parlaient pas (mais aller savoir pourquoi), et Pauline qui ayant écouté mon histoire, se taisait pour laisser mes oreilles se reposer.
L’après-midi, nous sommes tous allés nous inscrire à des activités qu’on ferait tous les jours deux heures. Les parents prirent basket, Emélie l’accro-branches, Pauline la danse et moi le tir à l’arc. Les activités commençaient le lendemain. Les tranches horaires étaient différentes : pour les parents c’était de 16h à 18h, pour Emélie de 17h à 19h et par chance pour Pauline et moi c’était de 14h à 16h.
L’après-midi, vers 17h, les parents sont allés à la plage, nous laissant Emélie, Pauline et moi. Nous décidons d’aller à la piscine. Nous ne sommes pas allés à la plage, car Pauline a eu un accident à la plage étant petite et ne veut donc plus y retourner. Emélie préfère, elle aller à la piscine. Une fois sur place, nous avons fait quelques longueurs puis Pauline et moi nous sommes arrêtés juste pour être serrés l’un contre l’autre un petit moment. Mais nous devions garder un œil sur Emélie qui faisait du toboggan.


Chapitre BONUS
Je vais faire une petite parenthèse pour mes chers lecteurs. Je vais vous parler d’une petite partie de mon enfance avec Pauline.

En 1133, j’étais à l’école primaire dans notre tout petit village « Roi Agate ». Une nouvelle élève devait arriver dans la matinée, elle venait de Lyon et à cause du travail des ses parents, elle avait du déménager. Il était environ 9h45 lorsque que quelqu’un frappa à la porte de la classe, la directrice entra suivi d’une belle fille. La directrice raconta que, à partir de maintenant, Pauline serait notre camarade de classe et qu’on devait l’intégrer au groupe, ce qu’on fit immédiatement. Pauline était une fille très souriante avec beaucoup de charme, les crapules venaient l’embêter, normal. Mais, elle ne se laissait pas faire et leur répondait d’une manière qui disait bien : « arrêtez de m’embêter et allez voir ailleurs si j’y suis », et ce à chaque fois. Ils ne revenaient que quelque temps après, mais elle n’était pas à court d’arguments. Des filles s’approchaient souvent vers elle pour la féliciter de les avoir envoyés voir ailleurs. Les garçons l’invitaient des fois à jouer avec eux, et elle accepta à chaque fois. Moi, je ne jouais pas souvent avec les gens de ma classe qui me donnèrent un surnom pour cela : « Le gamin de l’ombre ». Je suis quelqu’un de très distant, car je n’ai pas vraiment confiance envers les gens qui m’entourent, du coup j’ai abandonné et je restais là, à l’écart, à regarder les autres s’amuser ou à travailler, sans faire grande attention à ce que disaient les adultes. A 10h15, c’est la récréation, tout le monde se retrouve dehors tous âges confondus. (je ne l’ai pas dit plus tôt, mais vu que notre village est très petit, nous avons une seule classe avec donc des élèves de tous âges (de 5 à 18 ans)) Au bout de quelques semaines, je remarquais enfin que Pauline me regardait assez souvent et appris un peu plus tard qu’elle posait plein de questions sur moi, pourquoi j’étais tout seul, pourquoi personne allait vers moi. Les autres répondaient, que c’était moi qui avait choisi d’être seul et que mon surnom était « Le gamin de l’ombre ». Un mois plus tard, un après midi, juste après les cours, Pauline me suivit jusqu'à chez moi, je ne l’avais pas remarquée et c’est quand j’ouvris la porte de la maison que j’ai entendu du bruit derrière moi. Je me retournais et vis plantée là, Pauline.
- Qu’est-ce que tu fais là ? Qu’est-ce que tu veux ?
- Je voulais te parler. Car à l’école, te parler a l’air impossible.
- Tu veux me parler de quoi ?
- Arrête de parler sur ce ton.
- Tu veux me parler de quoi ?
- De toi.
- De moi ?
- Oui, quel sale caractère tu as.
- C’est tout ?
- Non, Pourquoi tu es tout seul ? Pourquoi ne pas aller vers les autres ? Pourquoi ne pas t’ouvrir aux autres ?
- Car, je n’ai rien à dire et rien à apprendre d’eux. Je ne parle pas avec ceux en qui je n’ai pas confiance, en qui le mensonge est le langage du quotidien.
- Tu es dur là, non ?
- NON.
- (surpris)
- Je leur ai déjà fait confiance plusieurs fois et j’ai récolté que douleur après, donc je ne dis rien et je me porte très bien comme ça.
- Tu es triste, c’est ce que je vois et rien d’autre. Tu te portes bien dis-tu ? Et bah, écoute, je te le dis, tu ne te portes pas bien.
- Qu’est-ce que t’en sais ?
- Je le sais c’est tout.
- Bon tu as fini ?
- Oui, crétin.
Et Pauline repartit chez elle. Mais je savais quelle n’avait pas tout à fait tord, et je voyais qu’elle disait ce qu’elle pensait et qu’elle ne cachait pas la vérité, mais je n’avais pas encore confiance en elle.
Au fil du temps, nos regards se rencontrèrent très souvent et bout d’un an et demi, nous nous invitions mutuellement.
Eté 1135, c’était nos premières vacances ensemble et elles furent à la plage, nous étions tous deux contents d’y aller.
C’était des vacances d’une semaine, mais ça nous suffisait à cet âge. Nous arrivions en fin d’après le samedi. Nous avions passé la journée à la plage dès le dimanche qui s’est très bien passé. Le lundi après-midi, les parents étaient occupés mais nous étions juste à côté de la plage à 5 minutes environ, donc nous y sommes allés tous les deux. Nous sommes arrivés il n’y avait personne, mais cela ne nous a pas empêchés d’en profiter. Une fois dans l’eau, moi je prenais les vagues et faisais la planche avec mon corps. Pauline, elle faisait la planche sur le dos et se laissait entrainer par les vagues. Une fois fatigués, je voulus rentrer mais impossible de mettre la main sur Pauline, elle avait disparue. Je ne la voyais nulle part. Puis au loin, je l’ai vue en train de paniquer se faisant submerger par l’eau. Elle devait avoir le pied accroché pour qu’elle s’agite comme ça et puis elle n’avait sûrement pas pied là où elle était. Je partis chercher du secours, heureusement il y avait un maître nageur qui ayant oublié son sac revenait le chercher. Je lui expliquais la situation et il partit comme une flèche vers Pauline qu’on ne voyait presque plus. Une fois de retour, elle était consciente, mais toute bleue et toute tremblante. Je lui passais ma serviette en plus de la sienne, pour qu’elle puisse se réchauffer. Nous arrivons tous les deux tremblants vers nos parents avec le maître nageur qui nous avait ramenés. Il dit :
- Plus de peur que de mal.
Puis il repartit.
A compter de ce moment et jusqu'à la fin des vacances, Pauline ne sortait plus de sa chambre, sauf pour le repas et encore. Je lui faisais des câlins, essayant de la rassurer, mais rien à faire, plus têtue que moi sur ce coup. 
(Voilà, je ferais d’autre chapitre bonus par la suite je pense, j’espère que mes écrits vous plaisent et à une prochaine fois pour un chapitre bonus.)


Chapitre 11
Le temps commençait à se gâter, donc nous décidons de rentrer au chalet tous les trois. Nous étions trempés, de la tête aux pieds.
Nous avons mis à chauffer le radiateur pour nous réchauffer, nous étions tous blottis les uns contre les autres. C’était agréable de rester contre Pauline aussi longtemps prêt d’une source de chaleur. Une heure plus tard, les parents pas encore rentrés, nous décidons de préparer le repas et mettre la table pour quand ils rentrent, ils n’aient plus qu’à mettre les pieds sous la table. Pauline sera le chef, et moi son second, quand à Emélie, elle s’occupe de la table et elle devait aussi faire en sorte qu’elle soit « magique ». Une heure plus tard encore, nous avions presque fini, il ne manquait plus que le dressage et bien sûr les parents.
Mais, ils n’étaient toujours pas là, quand soudain, la porte s’ouvrit, avec nos chers parents derrière, tous trempés et fatigués.
- Vous vous êtes bien amusés ? Dis-je en souriant.
- Eh éh, très drôle. Dit mon père.
- Bah, oui c’est pour ça que je le dis. Toujours en souriant et même en ricanant.
- Ca sent bon ici, qu’est-ce que c’est ? Demanda la mère de Pauline.
- C’est le repas. Répondit Pauline.
- Venez-vous mettre à table ! Dit Emelie aux parents.
Tout le monde se met alors à table et commence par l’entrée puis par le plat et pour finir par mes fameuses îles flottantes faites maison.
Je vous ai dit un peu plus haut que je m’étais trompé d’1 nuit mais je pense que je me suis encore trompé car là il ne se passe rien de spécial. Il y a juste un repas amusant avec des parents fatigués de la plage et du mauvais temps et nous par l’énergie dépensée pour avoir préparé le repas et la table. Le repas perdura jusque tard dans la nuit 23h je pense si j’ai bonne mémoire mais je n’en suis pas sûr, je n’arrête pas de me tromper, c’est grave docteur ?
Nous sommes donc allés nous coucher vers cette heure-là. Bonne nuit.


Chapitre 12
Vers 3 heures du matin, j’ai été réveillé par un bruit venant du dehors. Je me rapprochais de la porte-fenêtre pour voir dehors et vis, de la pluie et encore de la pluie mais pas de vent. Je me suis dit que c’était la pluie qui m’avait réveillé. Puis j’entendis un petit et aigu cri qui venait d’un peu plus loin, je n’arrivais pas à savoir si ce cri était humain ou non, mais vu comme il pleuvait je n’allais pas sortir ! Ce n’est pas que je n’aime pas la pluie, j’adore même la pluie et me promener sous la pluie, seul, car Pauline, elle n’aime pas la pluie, elle dit qu’elle déprime quand elle voit la pluie tomber et moi je ne comprends pas pourquoi mais bon de toute façon je suis en vacances et donc pas prévu de manteau, évidemment, donc je décide d’aller me coucher et j’irai voir demain quand le soleil sera au rendez-vous.
Vers 3 heures 30, je me suis réveillé une nouvelle fois, mais cette fois ce n’était pas un bruit qui m’avait réveillé, c’était ……. Bah comme si vous vous réveillez dans la nuit comme çà sans raison particulière. Je me rapproche de la porte-fenêtre et là : je vois un visage, juste là devant moi, juste derrière la porte-fenêtre. Je suis tombé à la renverse et ma tête cogna contre le sol, quand je regardais une nouvelle fois vers la vitre il n’y avait plus personne. C’était une fille pas très loin de l’âge d’Emélie, aux cheveux bruns qui allait jusqu’aux épaules. Je voyais encore ses deux grands yeux de chat jaune, vous savez le cercle noir qu’on a dans l’œil qui nous permet de voir et là il était ovale comme un ballon de rugby debout comme les yeux des chats. Après ça, j’avais encore moins envie de sortir et donc, je suis retourné me coucher en espérant ne plus me réveiller jusqu’ au lendemain.


Chapitre 13
Quand je me suis levé ce matin, il pleuvait encore. Il devait être 10 heures mais vu la nuit que j’avais passé, ça ne m’étonnait pas trop que je me réveille si tard. Quand je suis allé dans la salle à manger, tout le monde était debout sauf ma mère évidemment, elle dort toujours beaucoup pendant les vacances. Les filles étaient venues en parapluie (elles prévoient toujours tout, au cas où disent t’elles. Puis mon père m’envoie comme ça : « va à l’accueil pour demander le programme d’aujourd’hui s’il y en a un, et si les activités seront maintenues ». Avec ce qui s’est passé pendant la nuit, je n’avais pas vraiment envie d’y aller mais mon père est très convaincant ! Pour me soutenir Pauline décida de venir avec moi. Donc nous sommes allés à l’accueil demander le programme et si les activités étaient maintenues. Et nous sommes rentrés pour annoncer que pour aujourd’hui tout avait été annulé, car la météo prévoyait de la pluie jusqu’au soir. Avec tout ça, j’ai oublié de vous dire que mon nom est : Azert, le gamin de l’ombre. Nom bizarre vous pensez, mais en fait pas tant que ça, personne ne m’en a fait la remarque en tout cas. Nous passâmes a table et nous mangeons beaucoup comme on ne faisait rien cette après-midi je savais que ma sieste pouvait être longue personne ne m’en voudra ^^. Vers 17 heures. Pauline et moi décidons de sortir même sous cette pluie. Nous ne pouvons plus rester à l’intérieur écouter mes parents et les parents de pauline parler politique et Emélie dire toutes les 5 minutes : c’est quand qu’on joue ensemble ?
Nous sommes passés par la piscine puis nous sommes allés dans les bois en hauteur. D’ici nous voyons tout le camp de vacances. Après il commençait à se faire tard donc nous rentrons à la maison en passant par la piscine puis vers la maison en courant car nous venions de voir dans le reflet de l’eau de la piscine le même visage que j’avais vu précédemment dans la vitre de notre chambre la nuit. Nous arrivons en sueur et fatigués à la maison, nos parents nous regardaient bizarrement et D’UN COUP leur tête explosa et une autre tête était sur leurs épaules une tête qui ressemblait à la tête de médusa, une déesse qui au simple regard figeait.
HAHAHA, non là je plaisantais ils nous regardaient vraiment bizarrement mais la tête de médusa hahahaha c’était faux c’était drôle, non ?
Ils nous demandèrent ce qui s’était passé et Pauline et moi nous nous sommes regardés et nous leur avons dit qu’on avait fait la course et pauline rajouta c’est moi qui avais gagné, ce qui n’était pas vraiment nécessaire. Nous avons mangé après être passé par la case douche et puis nous sommes tous allés nous coucher. Du moins en théorie.


Chapitre 14
Tout le monde était couché à 22h, l’heure où notre expédition avait lieu. Mais quand l’heure sonna Pauline se défila et voulu rester au lit, donc 22h fut l’heure de mon expédition pour comprendre ce qui s’était passé un peu plus tôt. Je partis seul comme un solitaire puisque ma partenaire s’était défilée (je risque de le dire encore et encore car y aller seul me disait pas trop) Je suis donc sorti rejoindre la piscine là où la dernière apparition de la tête aux yeux de chat avait été repérée. Je voulais comprendre ce qui s’était passé, on pourrait dire que c’était mon imagination sauf que Pauline l’a vue aussi et en même temps que moi donc l’hypothèse de l’imagination tombe à l’eau. Je faisais le tour de la piscine pour voir s’il y avait une caméra ou un truc dans le genre, qui aurait fait apparaître l’image dans l’eau. Mais, malheureusement je n’ai rien trouvé, mais alors absolument rien. D’un coup je me souvenais des particules d’énergie et du cri que j’avais entendu l’autre nuit, il se pourrait que cette fille soit la celle qui avait crié ou celle qui avait fait crier ou alors encore un témoin. Et si on met la magie dans le panier on pourra même dire que c’était un esprit venu à notre rencontre, apporter un message ou une menace, en faite qu’importe car de toute façon si la magie est dedans, je ne pourrai pas l’expliquer. Ensuite, il y avait une petite colline derrière la piscine un peu plus loin. J’y suis allé, de là bas je verrai un peu mieux l’ensemble du village vacances. Je pris des notes sur place pour avoir une bonne vision qui pourrait me servir un peu plus tard. Pour la suite, je décide de faire un tour du village vacances, peut être que je trouverai d’où venait le cri et qui était cette fille bizarre. Je me mis donc en route pour ce petit marathon sympathique (gloups). Le vent soufflait assez fort et il commençait à faire froid donc je rentrais à la maison et décidais de finir cette balade le lendemain. En rentrant Emélie était debout.
- Emélie ? Pourquoi tu n’es pas couchée ?
- Il y a bruit qui m’a réveillée. Dit-elle en baaaiiiilllaaaannnnnt.
- Un bruit ? Quel bruit ?
- Ca ressemblait à un cri très aigu.
- Un cri aigu dis-tu ?
- Oui.
- Et, tu as vu quelque chose ?
- Non, j’avais cru voir quelque chose vers la fenêtre et quand j’ai vérifié ce n’était que mon reflet.
- Tu as cru voir quoi ?
- Une tête inconnue avec des yeux de chat.
- Tu en es sûr ?
- Oui. Pourquoi tu me poses toutes ces questions ?
- Pour rien, ne t’inquiète pas. (Vous vous demandez pourquoi Emélie est là non ? C’est parce que à 22h il pleuvait encore donc pour cette nuit les filles restèrent dormir avec nous). Va te coucher maintenant.
- Oui grand frère.
Le grand frère voyait bien qu’elle ne voulait pas aller se coucher. Moi j’allais aussi me coucher, retrouver Pauline dans le lit.
- Alors ça s’est bien passé ta petite sortie ?
- Ca aurait été mieux avec toi. Je n’ai rien trouvé d’intéressant. Il y a Emélie qui m’a dit avoir entendu un cri aigu.
- Moi aussi je l’ai entendu.
- Et tu as aussi vu la fille étrange aux yeux de chat dans la fenêtre ?
- Non, je ne me suis pas approché de la fenêtre.
- OK, bon couchons nous et on en reparlera demain.
- Oui, tu a raison.
- Bonne nuit Pauline <3.
- Bonne nuit à toi aussi <3.


Chapitre 15
Le matin Emélie, Pauline et moi, nous nous réveillons vers 11h. Normal vu la nuit que nous avons passé donc loupé pour le petit déjeuner. Ce midi je ne n’avais pas faim, Pauline non plus apparemment. L’après-midi, activité. A 16h, pour nous changer les idées, nous sommes allés à la plage même si Pauline n’aimait pas trop la plage à cause d’un accident plus jeune mais en allant là-bas j’essayais de tenir une autre promesse que je lui avais faite il y a 2 ans. Je lui avais promis de l’aider à aimer la plage à nouveau, la sécuriser, qu’elle n’avait rien à craindre et surtout pas de l’eau.
(Voir le chapitre bonus pour connaitre ce moment où la plage est devenue un cauchemar pour Pauline.)
Nous allions à pied à la plage ça nous faisait 1h30 de marche environ et je pris une planche pour essayer que Pauline rentre dans l’eau et accepte de se laisser porter par les vagues pour se mettre a l’aise dans l’eau. Mais en fait je pensais bien que pour aujourd’hui le premier jour de plage pour Pauline depuis 5 ans, où elle allait essayer de vaincre sa peur d’étant petite, la planche n’allait pas vraiment être utilisée.
Nous arrivons à la plage, il n’y avait presque plus personne, normal à 17h30 les gens commencent à rentrer pour aller faire le repas, il restait quelques surfeurs aussi. Nous sommes allés à une cinquantaine de mètres à gauche après l’entrée de la plage, tout en restant loin de l’eau. Nous nous sommes installés, posant les serviettes sur le sable chaud afin d’avoir des serviettes toute chaudes en sortant de l’eau.
- Je vais t’expliquer ce que j’ai prévu pour t’aider à ne plus avoir peur de cette immense étendue d’eau.
- Ok, alors tu proposes quoi, j’attends de voir tes formidables idées. (en ricanant)
- Ba voilà, nous allons nous rapprocher de l’eau petit à petit jusqu'à ce que nos pieds soient dans l’eau entièrement, puis nous irons faire une petite promenade en diagonale pour rentrer petit à petit dans l’eau, ensuite nous traverserons quelques vagues pour s’habituer à la hauteur de l’eau et enfin nous prendrons la planche pour glisser sur les vagues.
- Tu penses vraiment que t’arriveras à me faire faire tout ça aujourd’hui ?
- Non, pas tout aujourd’hui le but c’est que tu n’ais plus peur de la mer en fin de semaine.
- Je vois mais je pense quand même que tu vois un peu trop loin. Je ne pense pas que tu pourras réussir à me guérir en si peu de temps si c’était aussi simple, ça ferai longtemps que je serais soignée.
- Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer, tu verras.
- Si tu le dis.
Nous nous dirigions donc vers la mer, dès que nos pieds furent entièrement dans l’eau, nous avons commencé notre balade en diagonale. Au bout d’une heure, l’eau nous arrivait à la taille et Pauline semblait fatiguée et tremblait de peur, elle était collée contre moi.
- Nous devrions arrêter pour aujourd’hui je pense.
- Oui, je pense aussi.
- Tu es très forte, sincèrement je ne pensais pas que tu y arriverais si bien dès le premier jour d’entrainement.
- Moi aussi, mais demain je préférerais rester à la maison.
- Tu n’en sais rien, peut être que tu voudras continuer. Mais là je suis d’accord que tu n’ai pas envie d’aller plus loin, tu trembles déjà. Demain est un autre jour. On dit que la nuit porte conseil.
- Oui, on verra.
Nous sommes rentrés ensemble et la planche n’ayant pas servie serait sec pour le lendemain. Nous arrivons vers 20h pour le repas. La pauvre Pauline était encore toute tremblante en arrivant du coup nous avons pris la douche ensemble avant d’aller manger. La nuit fut très câlin, câlin, douce, chaude et chaleureuse.


Chapitre 16
Le matin, nous nous réveillons tous deux en même temps. Il était 8h, aucun bruit venait du salon donc nous pensions que personne n’était réveillé. Nous sommes restés serrés l’un contre l’autre pendant bien 1h comme ça. A 9h, il n’y avait toujours pas de bruit dans le chalet, donc on se leva et là ! Sur la table il y avait un mot :
Nous sommes partis nous promener et nous passerons par la case course. Donc, nous décidons de faire quelque chose de calme puisqu’on ne risquait pas de se faire déranger par Emélie, comme un jeu de carte par exemple.
- Et si on faisait une belote renversée ?
- Ok, pourquoi pas.
C’est elle qui gagna, elle a beaucoup de chance, avoir a un carré de valets et de 10 à deux parties d’intervalle.
14h, l’heure de la sieste mais on n’a toujours pas mangé. Et les parents toujours pas de retour, nous décidons d’aller manger au resto en laissant un mot pour les parents. J’adore le saumon donc : assiette de saumon fumée, pavé de saumon et ….. hihihi non pas dessert au saumon mais j’aurai pu car, il y avait du fromage au saumon. Je pris alors, Château de fraise sur lit de crème anglaise, avec nuage de crème chantilly et une cerise en guise de drapeau. Pauline, elle prit saumon fumé, sauté de lapin avec un rizotto délicieux et pour finir banana split. Nous finissons vers 15h30. Du coup nous avons « sauté » l’activité mais c’était très bon. En rentrant les parents étaient là.
- Salut, ça fait longtemps que vous êtes rentrés ?
- Non, ça fait 30 minutes environ.
- Ok, où est Emélie ?
- A son activité.
- Elle a pu arrivée à l’heure ?
- Oui, et vous ?
- On l’a loupée mais ce n’est pas grave un jour, nous revenons juste du resto.
- Ok, pas de soucis. Vous allez à la plage aujourd’hui ? (la tête de Pauline changea)
- Je ne sais pas, on verra.
- Ok, nous allons bientôt y allé de notre côté.
- Ok, il faut que l’on rentre à une heure précise ?
- Ba, si vous allez à la plage ça risque d’être dur pour vous d’en profiter, donc 20h, ça vous va ?
- Oui.
Les parents partis un peu plus tard, et nous aussi. J’avais un peu forcé Pauline à aller à la plage, mais je pensais que c’était pour son bien. 17h30, arrivé sur les lieux.
- Prête ?
- Prête.
18h30, il était l’heure de rentrer mais, Pauline se donnait du mal pour réussir donc, je laissais faire et à 19h30, elle accepta de monter sur la planche. 20h, Pauline, c’est officiel, Pauline, a réussi à surmonter sa peur !!!!!!!
Nous rentrons tous deux épuisés, arrivés sur place il était 21H30 environ et les parents n’étaient, bien sûr pas contents mais une fois que je leur ai dit pourquoi nous étions en retard, ils nous pardonnèrent notre retard et on fêta ça. 23h, au lit, nous tombons sur le lit. Je crois qu’il ne nous a pas fallu pas longtemps pour nous endormir.

Bonne lecture !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rexkage
Animateur
avatar
Messages : 74
Localisation : Lyon
Manga Favori : Naruto & Détective Conan & Raikudai kishi
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Mer 20 Nov - 20:07

De mieux en mieux finit ton histoire j'ai envie de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Ven 6 Déc - 12:09

voici les 2 prochains chapitres et pardon pour se retard:

Chapitre 17
Le lendemain, était assez brutal, car, Beaucoup de bruit se faisait entendre dehors. Je me suis levé, habillé, puis sorti voir. Pauline, elle, dormait toujours et j’ai pensé qu’elle ne se réveillerait pas de si tôt. Dehors, se trouvaient mes parents, les parents de Pauline, des policiers, des personnes de l’accueil et plein d’autres personnes. Je m’approche du groupe et demande à mes parents ce qui se passe. Ils m’ont dit que des témoins auraient vu une jeune fille morte un peu plus haut dans les bois donc, les policiers sont venus pour enquêter. Un policier vient vers moi et me pose quelques questions, puis je retourne voir si Pauline s’était réveillée depuis. Quand je rentre dans la chambre, elle était entrain de faire un cauchemar. Je la pris dans mes bras et lui chuchotais des petit mots doux, peu après elle se réveilla.
- Salut, ça va ?
- Ouais.
- Bien dormi ?
- Oui, plus ou moins.
- Je crois que pour le matin c’est raté.
- Pourquoi ?
- Il est déjà 15h.
- Ah, ok. Il y a beaucoup de bruit dehors, qu’est-ce qu’il se passe ?
- Des personnes auraient trouvé une jeune fille morte dans les bois un peu plus haut et donc des policiers sont venus enquêter.
- Une jeune fille ?
- Oui.
D’un coup, elle se redressa et dit :
- C’est la fille qu’on a vu dans la piscine ?
- Je ne sais pas.
- Ah, tu en penses quoi ?
- Je ne sais rien, faudrait aller demander de voir le corps pour en être sûr.
- Oui, mais comment ? Ils ne nous laisseront jamais approcher du corps.
- Si. Si on dit qu’on a vu une jeune fille vers la piscine, je pense qu’on a une chance.
- Ok, allons voir.
Nous nous dirigeons vers le corps après avoir discuté avec le policier, il était ok qu’on regarde, car, si on la reconnaissait il pourrait peut être retrouvé le chemin qu’elle avait pris avant de mourir. Le corps était blanc et froid, mais ce n’était pas la fille qu’on avait vu, cette fille a les cheveux longs, bruns, elle devait avoir 6-7 ans. A côté, il y avait une grande fille, sa sœur je pense. Nous sommes rentrés, mais on ne savait toujours pas qui était cette fille qu’on avait vue.
- On est toujours au point de départ, on ne sait pas grand-chose de nouveau et maintenant cette fille morte, elle …… elle ……… elle avait ……. de l’épaule gauche au côté droit du ventre …… tranché, c’est abominable qu’on puisse faire une chose pareille.
- Oui, mais je me demande si ce n’est pas la fille aux yeux de chat qui l’a tuée.
- Comment peux-tu dire une chose pareille ?
- La nuit où je l’ai vue dans la vitre de la chambre, j’avais entendu un cri aigu comme celle que cette petite fille aurait pu émettre.
- Emélie et moi avons aussi entendu un cri, tu pense qu’on va trouver un autre corps ?
- Je ne sais pas. Mais on n’a pas assez de preuve pour en parler aux policiers, si un autre corps est trouvé on en parle, ok ?
- Ok.
A la maison, les parents et Emélie choqués nous attendaient. Le repas du soir était bien silencieux, mais j’avais décidé d’aller fouiner un peu là où le corps avait été retrouvé, pour voir si je trouvais une preuve à donner aux policiers à propos de cette fille aux yeux de chat. Le soir venu, j’ai dit que je voulais me promener, mais seul les parents disaient que c’était impossible. Alors, Pauline a pris son courage à deux mains et dit quelle m’accompagnerait comme ça je ne serais pas tous seul. Alors voilà, nous sommes partis tous les deux vers les bois, là où le corps avait été retrouvé.


Chapitre 18
Sur place, il y avait du sang partout, elle était morte en se vidant de son sang je pense, pour qu’il y en est autant sur l’herbe. On décida de se séparer pour étendre nos recherches mais on devait rester dans la vision de l’autre pour qu’on puisse s’entraider si besoin, mais j’espérais qu’on en aurait pas besoin. On marche au moins 40 minutes avant qu’on tombe enfin sur quelque chose. En face de nous, il y avait, une sorte de château en ruine recouvert par la verdure. A l’entrée, il y avait la fille aux yeux de chat, elle avait une hachette à la main droite, j’étais assez surpris de ne pas voir de sang dessus. L’arme était blanche et lisse comme si on venait de la laver, mais je me suis dit qu’il se pouvait que ça ne soit pas elle finalement. Deux personnes normales se seraient enfuies, mais nous, nous sommes restés comme figés, regardant ce regard froid et jaune de cette fille. Et puis, d’un coup elle courut vers nous, toujours sa hachette en mains, nous on se serra l’un contre l’autre en fermant les yeux juste avant qu’elle leva sa hachette et ………………………..
Quand nous rouvrons les yeux, la fille est à l’entrée des ruines, par terre, ayant du mal à se relever. Nous ne comprenons pas du tout ce qui vient de se passer, il n’y a personne autour de nous juste elle et nous, puis avec le regard d’une personne qui a peur, elle s’enfuit à l’intérieur des ruines. Nous ne la suivons pas et nous rentrons au chalet. En rentrant, tout le monde dormait et nous en fîmes autant se disant que l’on irait tout raconter aux policiers demain.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Lun 9 Déc - 21:00

voila le chapitre de la semaine :

Chapitre 19
Le matin fut bien dur, la nuit précédente fut aussi dur, voir même plus. Au réveil, nous somme allés tous les deux, Pauline et moi voir les policiers qui était regroupés a l’accueil.
- Qu’est-ce qu’il se passe Mr le policier ?
- Oh, vous êtes ceux qui avez vu une fille bizarre vers la piscine, c’est ça ?
- Oui, c’est ça. Alors, vous avez trouvé qui était le coupable pour une agitation comme ça ?
- Si c’était ça, on serait tous content.
- Bah alors, qu’est-ce qu’il se passe ?
- On a retrouvé un autre corps non loin du premier.
- Et vous savez qui c’est ?
- Oui la mère de la petite retrouvée morte hier. Il ne reste plus que le petit frère et les deux grandes sœurs de la famille. Les pauvres enfants.
- Ils vont rester ici ? Car, si c’est la famille qui est visée ………
- Oui, ils vont rester mais sous surveillance avec des agents dans leur chalet.
- On a des choses à vous dire monsieur.
- Ah oui ?
- Oui, on a vu quelqu’un qui pourrait être le tueur.
- Le tueur ? Qui ?
- Une fille. Une petite fille qui a vu d’œil a sept ou huit ans.
- Vous êtes sûr ? Une si petite fille ?
- Oui.
- Ca me parait bizarre votre histoire.
- Je sais. Mais on croyait la même chose avant de nous faire attaquer par cette fille, qui était équipé d’une hachette.
- Une hachette ? Ca pourrait coller avec les blessures, où l’avez-vous vue ?
- A l’entrée de ruines à environ 40 minutes du premier corps.
- Très bien, on va aller vérifier sa.
Après cette discussion, nous retournons au chalet où les parents se demandaient où nous étions passés. Nous leur racontons où on n’était, ce qui s’est passé avec la mère de la petite, mais nous ne parlons pas de la fille bizarre. L’après-midi, nous sommes tous allé à la piscine, jusqu’au soir. Vers 18h, Pauline et moi sortons de l’eau avant les parents et Emélie pour aller à la plage nous promener. Ensuite, nous sommes rentrés manger, puis dodo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polm69
Animateur
avatar
Messages : 69
Localisation : Macon
Manga Favori : 07 Ghost/Vampire knight/hellsing/mirai nikki
Points de Concours : 1/3

MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   Lun 23 Déc - 12:02

voici les deux prochain chapitre :

Chapitre 20
Aujourd’hui, jour des départs. Nous restons une semaine de plus ainsi que la famille victime de cette tragédie. Vu la description donnée, toutes les personnes qui quittèrent le village vacances, furent contrôlées pour trouver éventuellement le coupable. Une journée bruyante et qui le sera jusqu’à demain par les arrivées. Une journée normale quoi, pour une fois depuis notre arrivée, la petite différence, c’est que l’enquête avance, ils ont trouvé les ruines et fouillé l’endroit. Ils ont trouvé du sang et une hachette mais pas de trace de la fille. La nuit fut calme, silencieuse, agréable et fraiche.
Aujourd’hui, calme, aussi doux, mais c’était le début du combat. Pauline et moi, nous nous sommes dit que apparemment nous étions les seuls à avoir entendu les cris et à avoir vu la fille, en dehors d’Emélie, donc nous avons décidé de la trouver nous mêmes. Je vous avouerais que rechercher une tueuse en série n’était pas vraiment une partie de plaisir, mais quand nous avons entendu que la hachette avait été retrouvée, nous nous sommes dit qu’on ne risquait plus rien, mais nous devions quand même faire attention. Nous avons commencé notre enquête vers la famille des victimes, pour leur poser des questions. Nous arrivons vers leur chalet et il y avait plein de policiers. Je pensais que c’était la fameuse protection dont le policier qui menait cette enquête nous avait parlée. Nous nous approchons.
- Bonjour !!!
- Bonjour, vous venez voir la famille ?
- Oui, si c’est possible.
- Oui, mais il faut que nous vous fouillons pour enlever tout risque.
- D’accord, c’est normal.
Nous rentrons après avoir été fouillés.
- Salut, on peut te parler ?
- Oui, venez dans ma chambre.
- Merci.
Nous rentrons dans la chambre de la grande sœur.
- Ca va ?
- Oui, merci.
- Nous sommes venus pour te poser quelques questions.
- Ok, mais vous savez, j’ai déjà tout dit aux policiers.
- Oui, mais nous nos questions sont un peu différentes.
- Ok, je vous écoute.
- Déjà, comment tu t’appelles ?
-  Je m’appelle Marie.
- Ok, Marie, est-ce que tu aurais déjà vu des ruines dans les bois, en hauteur ?
- Oui, avec toute la famille.
- Eeeeetttttttt, tu as vue une fille vers ces ruines ?
- Une fille ? Non.
- Est-ce que tu as vu une fille bizarre dans le village vacances ?
- Bizarre comment ?
- Avec des yeux de chat jaune.
- Oui en effet.
- OU ?
- Du calme Azert.
- Oui désolé.
- Je t’en pris.
- Merci. Je l’ai vu derrière la fenêtre de ma chambre juste avant d’avoir entendu un cri aigu et la mort de ma petite sœur et une nouvelle fois avant la mort de ma mère, snif.
- Nous sommes désolés de devoir te faire rappeler tout ça, mais nous pensons que c’est cette fille qui les a tués et qu’après chaque cri, il y a un mort.
- (surprise) J’ai entendu un autre cri cette nuit. Ca veut dire que je vais perdre encore une personne de ma famille ?
- Il y a une personne qui manque à l’appel ?
- Oui, ma petite cousine qui a juste un an de moins que moi.
- IL faut la retrouver.
- Oui, allons-y.
- Mr le policier !!!
- Oui ?
- Nous pensons que la petite cousine de Marie risque de mourir.
- Qu’est-ce qu’il vous …
- Elle a entendu un cri cette nuit et il y a eu un cri juste avant que l’on retrouve chaque corps.
- Laissez-moi parler.
- Il faut se dépêcher de la retrouver, elle n’est pas rentrée hier.
- Oui, je vois, je vais demander qu’on la recherche.
- Nous on va voir vers les ruines, vu que les deux autres corps on été trouvés proches de cet endroit.
- Ok, mais faites attention sur le chemin, une fois sur place, il y aura des policiers, vous serez donc en sécurité.
Nous nous dépêchons d’y aller. Une fois sur place, il n’y avait personne.
- Il ne devait pas y avoir plein de policiers ?
- Si.
- On fait quoi ?
- Pas le choix, on rentre, il faut retrouver ta cousine.
- Ok.
- Ok.


Chapitre 21
Nous sommes entrés dans ces ruines.
- Effrayant. Dis-je.
- Oui, humide et froid aussi.
- Ce n’est pas endroit où je voudrais passer la nuit.
- Moi non plus.
Nous avançons doucement, pas à pas, suivant un chemin qui s’enfonce sous terre comme dans une grotte. On dirait ce chemin creusé de la main d’un homme fort et non d’une gamine, tueuse en série. Nous arrivons enfin à une petite lumière, rassurante, chaleureuse. Une fois entrés dans cette lumière magnifique, nous voyons, un réseau de tunnels qui devait s’étaler sous tout le village vacances. Un trou au-dessus de ce réseau laissait passer cette lumière naturelle ou pas mais si chaleureuse ……. Nous devons nous décider et choisir un chemin, mais lequel ? Et où peut bien se trouver la fille que l’on cherche, elle est peut être sortie chercher sa prochaine victime ? Nous n’en savons rien, mais se séparer n’était pas non plus une solution car déjà Pauline et moi contre elle s’était révéler inutile alors seul….. A vrai dire, maintenant, on est trois avec Marie, mais sans armes et contre une folle en tant qu’adversaire. Nous nous décidons enfin à choisir, nous prenons le passage le plus bas espérant trouver un corps encore vivant avant que cette fille aux yeux de chat ne revienne, enfin nous l’espérons tous. Au bout d’une demi heure au moins de marche, nous arrivons dans une grande salle illuminée de partout. Il y avait plusieurs corps morts, ça sentait le pourri à des kilomètres, enfin je pense. Nous nous rapprochons des corps avec méfiance tout en se dépêchant. Ces corps semblaient là depuis longtemps. Certains même commençaient à ne plus avoir de chair sur leur squelette. Nous décidions de continuer un peu plus loin. Après celle-ci, il y avait une autre pièce, plus petite. On apercevait au loin quelque chose ou quelqu’un qui bougeait. Nous nous rapprochons tout doucement de cette ombre au loin mais une fois arrivés, nous découvrons une vieille branche qui bougeait à cause du vent qu’on sentait parvenir de loin. Ce vent frais, agréable, nous faisait frémir d’envie d’aller dans sa direction. Avouez, que sentir du vent dans une caverne était plutôt inattendu. Nous nous dirigeons donc, dans la direction d’où le vent venait. Une fois sur place nous nous apercevons que nous sommes retournés au point de départ, au début du réseau de tunnels. Du coup, sur les dix tunnels qu’il y avait on connaissait ce qui se trouvait derrière deux d’entre eux. Nous choisissons un autre tunnel nous disant qu’on retomberait sûrement sur nos pas comme avant. Nous rentrons donc, dans ce tunnel plus étroit que l’autre, nous arrivons dans une pièce très peu éclairée. Nous avançons prudemment. Un peu plus loin nous découvrons des cages ou prisons avec des formes qui s’agitent à l’intérieur. Nous avançons, tout droit, l’un derrière l’autre en restant autant que possible à distance des cages. Dans l’une d’elles, on voit un mort, qui semble venir de mourir, avec un badge de police à sa ceinture.
- Mais, c’est ?
- Oui, on dirait bien l’un des policiers qui devait se trouver à l’entrée.
- C’est affreux, mais qui pourrait faire une chose pareille ?
- ……..
- ……..
- Continuons.
En avançant, on voyait dans les cages successives d’autres corps et encore des corps morts. Tous avaient un badge de police. En sortant nous nous retrouvons, comme prévu à l’entrée du réseau. Nous prenons un autre tunnel puis un autre avec des horreurs dans chacune des pièces visités. Au final, il ne resta que deux tunnels. L’un qui serait notre départ dans le réseau et l’autre notre arrivée. Les deux tunnels étaient très éloignés par rapport aux autres qui étaient regroupés au centre. L’un se trouvait en hauteur et l’autre se trouvait plus bas, comme un étage inférieur. On prend celui du haut se disant qu’avec un peu de chance il pourrait sortir d’ici, nous avions vu trop de choses abominables, et nous avions hâte de sortir de cet univers souterrain morbide. On entre dans le tunnel qui était plutôt large par rapport aux autres et justement ça me mettait mal à l’aise, quelque chose me disait : ne continue pas retourne sur tes pas.
- Mmmmmmm, enfin de l’air frais.
On se retourne, la fille aux yeux de chat est là avec quelqu’un sur le dos.
- Dépêchez vous, partez, courrez, retournez aussi vite que possible vers les policiers qui se trouve chez Marie.
Nous avons couru sans nous arrêter. Nous allions le plus vite possible, et nous entendions ses pas derrière nous.
- Enfin, on est en sécurité maintenant.
- Oui.
- On là échappé belle.
- Je me demande qui était cette personne sur son dos ?
- Je ne sais pas, je n’ai pas pris le temps de regarder.
Nous sommes allés voir le fameux policier avec qui nous avions déjà parlé de l’affaire depuis le début de l’enquête, nous avons appris qu’il était inspecteur. Nous lui avons tout raconté, du début jusqu'à la fin. L’inspecteur ordonna sur le champ que deux équipes aillent voir les ruines et les fouillent de fond en comble. Puis il nous dit :
- Ecoutez, tous les trois, vous avez eu énormément de chance de vous en tirer indemnes, je vous demanderais de ne plus vous en mêler désormais sauf si vous apercevez la fille. Restez ensemble et qu’au moins une équipe entière vous surveille et protège jusqu'à que cette tueuse soit sous les verrous.

voila bonne lecture ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: histoire crée de toute piece   

Revenir en haut Aller en bas
 

histoire crée de toute piece

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boher/ Samia: Toute une histoire
» 6C du mois: Les Six Compagnons en croisière
» Hello tout le monde ^^
» Queen Regina/Evil Queen
» Pièce d'avion?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fanamanga :: Fanarts :: Fanarts Écrits-